<
Jean-Claude Bélégou Cinéma Numérique / Digital cinema

Les rapports de Jean-Claude Bélégou avec l'image animée remontent à sa prime jeunesse. Il participe en 1970/72 au groupe de travail de l'Unité cinéma de la Maison de la Culture du Havre animé par Vincent Pinel et Christian Zarifian, y réalise un court métrage 16 mm et un photo-roman "À propos des deux cris jaillis d'une même bouche : Ce qu'on est bien là dans tes bras et Faut que ça change" . En 1990 le groupe Noir Limite collabore avec Pierre Bongiovanni au Centre International de Création Vidéo autour de la création Corps à corps. En 2015 crée ses "petites histoires du cinéma". Réalise ses premiers films numériques en 2017 au sein de sa propre structure d'auto-production «Ite missa est». Étrange contemporénéïté le tête dans les écrans, le monde est-il devenu si insupportable que nous péférions la fiction, le virtuel au réel?

Il ne s'agit par conséquent nullement d'un cinéma narratif traditionnel (au sens d'une intrigue qui se noue et se dénoue) mais de ce qu'il est convenu de nommer vidéo d'artiste ou film expérimental. Et il faut que vous ayez une adhésion forte à cet esprit.

Cinéma numérique plutôt que vidéo, s'il y avait des références à chercher elles seraient du côté de la Jetée de Chris Marker des premiers Alain Resnais (L'année dernière à Marienbad, Hiroshima mon amour) de Dziga Vertov, des Godard post 68, des premiers Chantal Akerman (News from home par exemple) mais aussi de Rohmer. Ou de Robert Bresson.

Mes premiers films numériques ont obéi à ce concept, notamment dans les Trois Considérations Sur Le Paysage Contemporain consistant en longs plans séquences au travers de routes et autoroutes industrielles ou à l'inverse de campagne et La Clôture tourné ici en longs panoramiques de pièce en pièce.

Le son fait l'objet d'un traitement spécifique, il n'est jamais illustratif ni simple décalque de l'image.

 

Voir le film THE SUN WILL NOT RISE (Le soleil ne se lèvera pas) Seconde méditation philosophique autour d'un extrait cauchemardesque de l'oeuvre de David Hume : An Enquiry Concerning Human Understanding. Court métrage 10 minutes.

Voir le film ACTA FABULA EST (La pièce est jouée) À partir d'une lecture analphabète du récit que Suétone fait de la mort héroïque d'Auguste, une expérience d'obscurcissemant. Court métrage 10 minutes.

accueil Chimères Sorrow Rituels La chair Nevermore Poser cinéma numérique
biographie Primitives photobio L'Amour Diversions Wokshops Noir Limite
English fortune critique Mélancholie Paysages Rémission espace pros actualité Contact

www.belegou.org // espace mobiles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir le film UN ÉTÉ OISIF long métrage 1h03 extraits 30 minutes.
"Mon occupation principale consistait à regarder la lumière du soleil et ses aller-et-venues sur les sols, en particulier sur le plancher de la bibliothèque dont la teinte chaude du bois semblait faire écho à la torpeur des rayonnements de midi.
Pour elle je pouvais rester des heures entières sans m'en distraire songeant à cette Pensée dans laquelle Pascal écrit que tout le malheur des hommes vient de ce qu'ils ne savent demeurer en repos dans une chambre.
"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir le film LA CLÔTURE "Mon occupation principale consistait à regarder la lumière du soleil et ses aller-et-venues sur les sols, en particulier sur le plancher de la bibliothèque dont la teinte chaude du bois semblait faire écho à la torpeur des rayonnements de midi. Pour elle je pouvais rester des heures entières sans m'en distraire songeant à cette Pensée dans laquelle Pascal écrit que tout le malheur des hommes vient de ce qu'ils ne savent demeurer en repos dans une chambre"
Court métrage 30 minutes.

 

 

 

 

 

 

 

Voir le film La Muse...

Long métrage durée 1h03.
Tourné à la fin de l'été 2023 La Muse est un film en longs plans séquence.
Le personnage incarne l'archétype du modèle d'artiste.
Portrait cinématographique ponctué de séance de poses, le film laisse une large marge d'improvisation au moment du tournage.
Un texte se présentant sous la forme d'un journal de travail d'artiste, constitue avant tout un instantané, un témoignage sur ce qu'est le processus de création, il
est lu en voix off par la comédienne. Un son direct s'y mêle par instants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir le film TROIS CONSIDÉRATIONS SUR LE PAYSAGE CONTEMPORAIN (My sad roadmovies)... "Il y aurait tant et tant à dire que nous ne pouvons pas dire" moyen métrage